Qu’est qui fait que votre équipe est non performante?

Published by Éditeur en Chef Chasseurs de talents on

Selon vous, quels sont les signes précurseurs d’une équipe non-performante? Seriez-vous, sans le savoir, le leader de la nonchalance de vos employés? Que devriez-vous faire pour rétablir la situation avant qu’il ne soit trop tard?

Selon Patrick Lencioni, président de The Table Group et auteur du best-seller « Optimisez votre équipe », un gestionnaire peut fait face à cinq dysfonctions au sein de l’entreprise. L’expert nous rappelle que la responsabilité incombe à toutes les parties prenantes de rétablir la situation. Je ne vous cacherai pas qu’une bonne dose de courage et d’intuition vous sera nécessaire afin de développer et de maintenir votre équipe performante.

Dorénavant, il n’en demeure qu’à vous de créer cette intention au sein de votre entreprise et de récolter les fruits de votre labeur collectif.

Quelles sont les cinq dysfonctions d’une équipe?

Ce schéma présente le modèle des cinq dysfonctions dans une forme qui est différente de la pyramide proposée par l’auteur.


Selon vous, qu’est-ce qui se trame derrière chacune de ces cinq barrières?

1. Le manque de confiance : avez-vous peur de montrer votre vulnérabilité aux autres?

Partagez-vous vos erreurs et vos limites avec votre équipe? Savez-vous quand demander de l’aide? Êtes-vous le leader de la « radio corridor »? Avez-vous un visage à deux faces? Êtes-vous un ambassadeur de votre entreprise ou de vous-même? Faites-vous à votre tête sans considérer les impacts sur votre équipe ou êtes-vous, selon cet article, un bon citoyen organisationnel?

2. La peur de la confrontation: permettez-vous le partage libre des opinions?

Faites-vous place à l’échange passionné des idées? Avez-vous un esprit ouvert ou un esprit de préjugés? Êtes-vous rancunier ou mauvais perdant? Vos employés savent-ils quoi faire lorsque vous avez tort?

3. L’absence d’engagement: avez-vous au sein de votre équipe plus de « yes man/woman » que d’employés engagés?

Faites-vous face aux inconvénients de la pensée de groupe? Préférez-vous fermer les yeux ou gérez-vous les comportements difficiles? Faites-vous de la reconnaissance publique, informelle et privée et sur une base individuelle, d’équipe et collective?

4. L’évitement de la responsabilisation: vos employés connaissent-ils leurs rôles et leurs responsabilités?

Prennent-ils des initiatives? Gèrent-ils les plaintes de vos clients de façon satisfaisante? Saisissent-ils les opportunités d’affaires? Doivent-ils obtenir votre opinion et votre autorisation au préalable? Sont-ils à même d’intervenir par eux-mêmes lorsque l’un des leurs s’égare des objectifs? Communiquez-vous régulièrement vos attentes, le sens de vos actions, les bienfaits de leurs rôles et la portée de votre plan stratégique?

5. L’inattention portée aux résultats: est-ce que les succès individuels sont récompensés plutôt que les succès d’équipe ou les deux?

Valorisez-vous l’atteinte des résultats collectifs ou de votre équipe seulement? Êtes-vous de ceux qui privilégient le statut social et votre plan de carrière avant tout? Avez-vous un haut taux de roulement? Est-ce ardu de mobiliser vos meilleurs employés? Vivez-vous l’enjeu de la pénurie de main d’œuvre et des talents?

Malgré tout ce qui a été mentionné ici, il n’en demeure pas moins que la réussite de votre équipe se mesurera, outre à la maîtrise de la théorie des principes de gestion, au gros bon sens.

C’est par votre style de leadership qui sera appuyé par de la rigueur, de la persévérance, de la vulnérabilité, de la passion, de la gestion des risques et par des échanges authentiques et humains qu’émergera votre équipe ultra-performante.

Assurez-vous de créer dans les plus bref délais, un climat de confiance qui sera appuyé par une saine confrontation des idées et qui engagera toute votre équipe à la réalisation de vos objectifs d’affaires fort ambitieux

Un article de Nadine Beaupré

Dirigeante – Intrapreneur-e


Categories: Management